Track d’une journée de ski au glacier de Tignes

tignes3

Après plusieurs tentatives ratées, j’ai enfin réussi à aller visiter les Alpes françaises pour la première fois de ma vie du 4 au 10 février. J’ai choisi l’une des stations les plus grandes d’Europe : Tignes-Val d’Isère. Situé en Savoie, et connu comme l’Espace Killy, le domaine est divisé en deux secteurs : Tignes (composé des zones Les Brébières, Tignes 1.800, Tignes 2.100, Tignes-le-Lac et Val Claret) et Val d’Isère (un secteur beaucoup plus boisé, qui comprend la ville de Val d’Isère, La Daille, et les secteurs Le Laisinant et Le Fornet). Au total, 300 kilomètres de pistes (153 pistes), un dénivelé de 1.900 mètres et 78 remontées.

Découverte de la station

Le point culminant de la station, la Grande Motte, se trouve à 3.456 mètres d’altitude, couronnant un glacier qui permet de skier toute l’année (même l’été). A cause de ces particularités (je ne pense pas avoir été plus haut que cela) et pour la signification que cela représentait pour moi, j’ai décidé d’enregistrer mon parcours depuis ce point jusqu’au Val Claret en utilisant le tracker GPS de l’application Ski France, application compatible avec Skitude.

La semaine durant laquelle j’étais à Tignes, il y a eu d’importantes chutes de neige et pas mal de brume, et c’est seulement à partir du jeudi (9 février) que, derrière les nuages épais, j’ai pu avoir un aperçu du ciel turquoise le plus brillant que j’ai jamais vu. Ce fut le seul jour de la semaine d’ouverture du secteur du glacier.

En route pour le Glacier

Le plus commun et à la fois, le plus hors du commun est d’accéder à ce secteur en prenant le funiculaire Perce Neige, qui part de Val Claret et arrive à 3.020 mètres à La Grande Motte (vous pouvez aussi y accéder en prenant deux télésièges). C’est comme un métro qui grimpe la montagne à une vitesse incroyable : 10 mètres par seconde  (360 km/h) en moyenne. Une fois arrivé aux 3.200 mètres, vous prenez le téléphérique La Grande Motte, qui vous amène jusqu’au sommet.

A mon arrivée j’ai eu le souffle coupé. Littéralement, car mes poumons ne sont pas habitués à des altitudes pareilles, et métaphoriquement car les vues sont simplement incroyables.

En plus des glaciers et de tous les sommets de la vallée, j’ai pu capturer avec mon appareil photo les sommets le plus légendaires des Alpes, y compris l’emblématique et imposant Mont Blanc (le plus haut d’Europe). Pendant que j’admirais la beauté de ce décor, les autres skieurs du groupe ont décidé de commencer la descente. Ce qui m’a permis de faire ma descente seule, chose que j’apprécie particulièrement de temps en temps.

Mon track de descente

Le parcours (6.33 km de pistes rouges) est constitué de trois parties bien distinctes qui se complètent parfaitement, ce qui vous permet d’aller à différentes vitesses et d’appliquer différentes techniques de ski. La première partie est celle de la piste du glacier, une large courbe, recouverte de poudreuse. Cette piste est connectée à La Rimy et à La Face, qui étaient également recouvertes de neige fraîche, mais qui ont une trajectoire plus rectiligne et lente jusqu’à la piste Double M.

Comme dans d’autres domaines skiables, la descente comprend de nombreux changements de hauteur de terrain, ce qui maintient votre taux d’adrénaline au top.

Juste au début de la Double M, sur la gauche vous avez une des vues les plus spectaculaires de la station : une falaise massive surplombant la piste et, au loin, un Val Claret parfaitement encadré. D’ici jusqu’en bas, vous avez une vue constante sur le village qui vous guidera sur votre chemin jusqu’à l’arrivée.

La partie suivante passe juste sous le télésiège des Lanches, avec ses colonnes divisant la piste en deux, créant essentiellement deux parcours parallèles. Dans ce secteur, les amateurs de freeride ont la chance de quitter la zone balisée et de skier sur une neige complètement vierge. Lorsque la piste s’éloigne du télésiège, une troisième partie beaucoup plus large commence.

D’abord, elle est plus lente que la précédente, jusqu’à ce que vous preniez sur la droite et Val Claret est alors soudainement clairement en vue. Comme un aimant nous attirant, la piste devient plus abrupte et plus large, laissant les amateurs de vitesse prendre de l’élan jusqu’à ce qu’ils arrivent en bas. En fait, ici Skitude m’a appris que j’avais battu mon propre record de vitesse sur des skis: j’ai atteint environ 82 km / heure qui, si je peux faire la comparaison, c’est bien au-delà de ce que j’ai atteint avec la même application en enregistrant un track de VTT.

Tignes ski france track

Track de La Grande Motte (3456 m) à Val Claret (2300 m), via les pistes le Glacier, Rimaye, Face et Double M (Tignes-Val d’Isère)

Une fois de retour à Tignes, à mon arrivée à Val Claret, j’étais à la fois satisfaite et impressionnée. Voici le récit de mon voyage. J’espère que vous pourrez également profiter de la beauté de ce parcours.

Téléchargez Ski France gratuitement et commencez à enregistrer vos tracks !

rankings itunes- skitude app

rankings gplay- skitude app

Plus d’infos sur les stations de Tignes http://www.tignes.net/ et Val d’Isère http://www.valdisere.com/

Article par l’utilisateur Skitude @gemmiAS

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire