Gestion de la neige sur le glacier de 2 Alpes

01welcome_Blog_Les 2 Alps

Le ski d’été en un glacier en France

Pour ceux qui se languissent déjà de la neige et du froid, pour ceux qui n’ont pas la patience d’attendre jusqu’aux premières neiges du mois de novembre, il reste la solution du ski d’été. En France, 3 glaciers sont ouvert pendant la période estivale pour permettre la pratique du ski alpin.

Sur le glacier de la Grande Motte, le domaine de ski d’été de Tignes s’étire entre 3000 et 3456m d’altitude, avec 20 kilomètres de pistes et 11 remontées mécaniques, stades de slalom, snowpark avec half-pipe, stades de ski de bosses et une dizaine de pistes accessibles au public. Le petit glacier du Pissaillas, point culminant du domaine skiable de Val d’Isère, offre quant à lui la possibilité de skier entre 2700 et 3200m d’altitude. Les 2 Alpes, enfin, dispose du plus grand glacier skiable d’Europe…

Le ski d’été aux 2 Alpes

Aux 2 Alpes on ski sur le glacier de Mont-de-Lans entre 2825 et 3566m d’altitude (Dôme de la Lauze), soit plus de 700 mètres de dénivelé. Le domaine de ski en été profite aux experts comme aux débutants mais aussi aux freestylers, car Les 2 Alpes dispose d’un snowpark à la renommée internationale doté d’un half-pipe. Le domaine skiable d’été comprend (Fig. 1):

  • 17 remontées mécaniques : 2 télécabines, 1 téléphérique, 2 télésièges, 8 téléskis, 2 fils-neige, 1 funiculaire et 1 ascenseur incliné.
  • 90 ha de pistes damées (sur 120 ha occupés par le glacier) : 9 pistes bleues, 1 piste verte et 1 piste rouge, ouvertes tous les jours de 7h15 à 12h30 de fin juin à fin aout.

 

1

A mon avis, aux delà des caractéristiques techniques du domaine skiable, deux éléments font de ce glacier une référence incontournable pour le ski d’été en Europe. Tout d’abord, le paysage magnifique qui s’ouvre du sommet du dôme, avec vue sur le massif des Ecrins.

2

Et ensuite, pour ce qui aiment les sensations du ski, la possibilité de descendre sur la piste du Signal, ouverte généralement jusqu’à la fin du mois de juillet. En partant du sommet du Dôme de Puy Salié, à 3421m d’altitude, une longue descente de plus de 2.5km amène sur le secteur rouge de la piste du Signal (Signal 3) et ensuite vers le point le plus bas du domaine, à 2825m. Il s’agit surement de l’une de plus belles pistes ouvertes en été en Europe !

6

La gestion de la neige sur le glacier de 2 Alpes

Pour permettre de garder le plus possible de neige sur le glacier de 2 Alpes, tout en garantissant sa qualité et sa skiabilité, toute une série de techniques sont mises en ouvre. Le responsable du glacier Arnaud Guerrand et ses équipes suivent quotidiennement l’état du glacier, afin d’anticiper et d’optimiser la gestion de la ressource neige pour faire face aux effets du réchauffement climatique. En effet, à cause des chutes de neige moins importantes et des températures plus élevées, la neige n’a plus le temps de se transformer en glace et le volume des glaciers diminue. Le glacier des Deux-Alpes n’échappe pas à cette fonte accélérée, en perdant 1 à 2 m de glace par an là où elle n’est plus recouverte de neige. «Sachant que son épaisseur actuelle est d’environ 60 m, si on ne fait rien, dans trente ans, il aura disparu», estime Arnaud. Quelles sont donc les solutions mises en place pour contrer ce phénomène qui paraît inéluctable ?

Tout d’abord, il est nécessaire de monitorer régulièrement l’état du glacier et sa vitesse de fonte, car les conditions peuvent être très différentes d’une année à l’autre. En particulier, l’été 2017 a été très difficile, avec une faible épaisseur de neige et une fonte très rapide dès le mois de juin. L’été en cours présente des conditions d’enneigement beaucoup plus favorables. A titre d’exemple, la hauteur actuelle en neige damée au-dessus de 3200m s’établit à 215cm, contre une hauteur de 85cm à la même période en 2017. Un nouvel outil de mesure des épaisseurs de neige a été mis en place ces dernières années : il s’agit des systèmes embarqués dans les dameuses, permettant de mesurer les épaisseurs à l’aide de GPS différentiels (système Snowsat). Ceci permet d’obtenir des cartes assez détaillées du couvert nivale et d’estimer avec précision le taux de fonte sur toute la surface du glacier.

7

En termes d’équipements, des linéaires de barrières et de pièges à neige ont été déployées sur la surface du glacier. Il est ainsi possible de capter la neige transportée par le vent et de maximiser les volumes de neige stockées sur les pistes. Un autre élément crucial pour la conservation de la neige est le travail effectué par les engins de damage. Il est en effet important de conforter les zones les plus délicates en augmentent l’épaisseur de neige à l’aide des dameuses (travaux de bullage). La densification de la neige permet aussi d’augmenter la pénétration du froid dans les couches les plus profondes du manteau neigeux (regel nocturne). Enfin, l’aspect bien lisse et propre limite d’absorption du rayonnement solaire et par conséquent la vitesse de fonte.

La production de neige sur le glacier de 2 Alpes

A compléter cet ensemble de stratégies visant à préserver l’état de la calotte glaciaire, en 2017 il a été décidé d’installer six enneigeurs le long du téléski de Puy-Salié, entre 3200 et 3400m. Ces enneigeurs puisent dans un lac de fonte de 35.000 m3 qui s’est formé depuis une dizaine d’années au bas du domaine glaciaire et tapissent de neige artificielle environ 4 ha de pistes skiables situées sur le glacier. Ce circuit fermé reproduit donc le cycle de la nature et rend au glacier ce qui lui appartient sous forme de cristaux de neige, comme une couverture protégeant la glace du rayonnement. Cet investissement a couté à la station environ800.000€ et représente une première mondiale, car jamais des enneigeurs n’avaient été arrimés sur de la glace vivante en mouvement et à une telle altitude.

Grâce à la combinaison de tous ces éléments permettant de collecter et conserver un maximum de neige sur la calotte glacière, le glacier de 2 Alpes garantit aujourd’hui de très bonnes conditions de ski d’été. Il reste à voir pour combien de saisons encore ces techniques permettront de faire face à la progressive disparition de la surface englacée.

Bon ski à tous,

Carlo Carmagnola

  • PhD, chercheur en physique de la neige à Météo-France – CNRS, CNRM, Centre d’Études de la Neige, Grenoble
  • moniteur de ski ESF
  • consultant scientifique pour la société Dianeige

Blog_Francès

Télécharge et découvre l’application de Skitude !

App Store SkitudeGoogle Play Skitude

Email this to someoneShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedIn

Laisser un commentaire